HPG sur grand écran : Papa est une star du porno

HPG sur grand écran : Papa est une star du porno


HPG, athlète du quotidien, le genre de personne à être en grand écart permanent, a choisi de nous faire partager ses doutes sur la paternité en filmant sa propre famille et son quotidien de professionnel du X. Le film a pour titre Fils de. Il sort en salle le 29 octobre prochain.


Le dernier film de HPG  est à la fois loin et proche du porno. L’histoire, c’est sa femme à la vie comme à l’écran, Gwenaëlle Baïd, qui joue ici son propre rôle, qui nous la résume : «  C’est l’intimité d’un homme qui vient de l’univers du X et qui se retrouve tiraillé entre deux mondes - le porno et sa vie de famille - et qui finira par trouver un équilibre ».

 

Alors qu'il s'apprête à commencer le tournage de son film, Hervé assiste, médusé, aux premiers pas de son fils. « J’avais vraiment un autre film en préparation, que j’ai envoyé promener », prévient HPG, qui a son petit caractère. Pour Gwen, sa compagne, c'est l'occasion de le mettre au pied du mur mais le chemin pour devenir un papa « normal » n’est pas si facile…

 

Entre tournages X, préparation des biberons et discussions en famille, c'est un documentaire tragi-comique sur la vie de la pornstar, ou plus exactement une docufiction où se mêlent réalité (vrai tournage d'une scène X) et fiction. « On a délibérément choisi de ne pas dévoiler ce qui relève de la réalité et ce qui relève de la fiction », prévient HPG. L'acteur échange avec la chanteuse et actrice Izia Higelin, épatante de fraîcheur et de naturel,  le chanteur culte Christophe ou encore Karina Testa, tous les trois jouant à la perfection leur propre rôle. On croise également de nombreux acteurs porno.

 

« Ce film, c’est trois mois de tournage. 300 heures de rush pour seulement 70 minutes à l’écran», poursuit Gwenaëlle Baïd. La présence de la caméra dans la durée étant le seul moyen pour HPG de se faire oublier et ainsi permettre à la sincérité de jaillir des répliques non écrites de personnages jouant leur propre vie.

 

HPG est clair, « je n’ai pas fait ce film pour mes enfants. Si je devais faire un film pour eux, il leur serait réservé et il ne passerait pas au cinéma. Non, Fils de  est un pur acte artistique égoïste et de sincérité. » Le film est dédié à sa mère. Avec son franc-parler légendaire, il lance lorsqu’on évoque le sujet : «  ça, c’est personnel mais je ne suis pas un fils de pute, bien que, pour moi, ce ne soit pas une insulte puisque je fais ça depuis 25 ans et que je me suis fait tatouer ce mot en latin dans la bouche. »

 

Quand on le titille en lui demandant s'il ne nous montre pas le  portrait d’un "bobo" qui a du mal à bander. Il répond sans détour : « Je préfère être un bobo qui bande mou plutôt qu’un pauvre type qui bande dur. Vous savez, l’âge venant, on est de moins en moins érectile. Il faut l’accepter. »

 

Le carnet des conquêtes ? Un des moments les plus drôles du film. « Il existe. Je confirme. Je suis suffisamment con pour noter mes conquêtes sur un carnet. Et il est plutôt bien fourni. Une belle revanche pour celui dont on se moquait dans la cour de récré parce qu’il ne savait pas draguer. » Pas modeste mais réaliste.

 

Alors se voit-il plus comme réalisateur de films porno ou  de films conventionnels (il en est à son 4e long métrage) ? «  Pour moi, c’est le même domaine. Il y a autant d’abrutis et de gens bien dans les deux. Dans le fond, je ne fais aucune différence ».

 

D’ailleurs, outre des acteurs dits traditionnels, on peut croiser de nombreux acteurs de X au fil des scènes comme Nina Roberts et William Lebris. Certaines ayant été tournées avant ou après une scène pour adulte (qui ne sera pas dans le film). « Tant qu'à faire… j’en ai profité pour tourner la scène porno. D’ailleurs, je pourrais très bien sortir mon film en version hard pour Hot vidéo. Je n’ai pas de limites.» Chiche !

 

Bande-annonce du film "Fils de" de HPG



Par hot-video pour HotVidéo.fr le