Portrait : pourquoi faire un papier sur Hannah Hays (si ce n'est parce qu'elle est bandante) ?

Portrait : pourquoi faire un papier sur Hannah Hays (si ce n'est parce qu'elle est bandante) ?

Un an après le début de sa carrière, la blondinette, qui tient dans la poche et fond sur la bite, est en train de se forger une solide réputation, de l’autre côté de l’Atlantique, pour ses performances sexuelles. Mais y a-t-il d’autres raisons qui justifient de lui consacrer un article ?

PARCE QU’ELLE N’ÉTAIT PAS NÉE QUAND LA FRANCE A GAGNÉ LA COUPE DU MONDE ?

C’est un cas de figure qu’on rencontre de plus en plus régulièrement depuis deux ans, et le dix-huitième anniversaire du sacre des Bleus face au Brésil, mais qui flanque un méchant coup de vieux à quiconque a vécu en direct l’intégrale des coups de boule de Zinedine Zidane en finale de Coupe du monde. Hannah Hays a vu le jour le 13 septembre 1998, soit 63 jours après la finale, alors que Gloria Gaynor était encore incontournable à la radio. Elle fait ainsi partie de cette jeune génération d’actrices américaines qui soufflent un vent de fraîcheur sur la Porn Valley. Quand elle a débarqué dans le X au début de l’été dernier, avant même de souffler la dix-neuvième bougie sur son gâteau, son apparence juvénile et sa disponibilité pour l’anal laissaient craindre une carrière pornographique plus éphémère encore qu’un gouvernement italien. Mais non, elle reste fidèle au poste.

 

PARCE QU’ELLE INCARNE UNE FORME DE RÊVE AMÉRICAIN ?

La petite blonde, à l’accent sudiste plus dense qu’un brouillard londonien, vous ferait passer Sooki Stackhouse dans True Blood pour une Wasp bourgeoise de Nouvelle-Angleterre. Née au fin fond de l’État de Géorgie, dans le coeur de l’Amérique conservatrice, Hannah Hays vient d’une famille pour qui les humains sont comme le linge en machine, il faut séparer les blancs des couleurs… Forcément, adolescente, elle n’a jamais eu l’autorisation parentale pour sortir avec un Black. Alors, dans la plus parfaite application de la théorie de la cocotte- minute, dès qu’elle a quitté le domicile familial, elle a fait un bon « fuck » à ces valeurs en allant baiser devant une caméra avec des acteurs venant de tous les horizons. Et sans surprise, elle cartonne dans les productions interraciales, toujours très populaires outre-Atlantique, au point d’être invitée par Greg Lansky à tourner pour Blacked, l’une des références en la matière. La prochaine réunion de famille pour Thanksgiving devrait être bien sympathique…

PARCE QU’ELLE NE FAIT PAS DU FOIN ?

Blonde comme les blés, issue d’une communauté rurale, amatrice de country, il y a une certaine cohérence à opter pour Hays en guise de blaze dans la mesure où le terme « hay » désigne le foin dans la langue de Mark Twain. Seulement, ne vous fiez pas trop à son pseudo. En réalité, ce qui la branche c’est le blé, au singulier. Et pour en accumuler un maximum, Hannah n’est pas du genre à se prendre la tête. Le contraste : un élément clé pour une photo réussie. On néglige trop souvent la vue lors d’une cunni. Quand elle veut ou a besoin de quelque chose, elle n’hésite pas à en informer ses abonnés sur Twitter, dans l’espoir qu’une âme charitable débloque la situation. Simple, mais pas forcément efficace. L’été dernier, alors qu’elle était étudiante en quête d’un petit boulot, elle a opté pour le X non pas par luxure mais simplement parce que c’était nouveau pour elle, et pour gagner de l’argent facilement. Et comme elle est du genre à ne pas dire qu’elle n’aime pas quelque chose avant d’y avoir goûté, si vous lui dites « suce ma bite », elle est tout à fait capable de vous répondre : « D’accord, pourquoi pas ? » Ça se tente…

VERDICT

Très éloignée de la bimbo californienne à l’énorme poitrine dont semble se délecter la Porn Valley, Hannah Hays apporte une fraîcheur liée à la simplicité de son style de vie. À 19 ans, elle va là où le vent la porte sans se prendre la tête. Et après l’avoir menée jusque sur la côte ouest américaine, il l’a ramenée dans son cocon familial, en Géorgie, parce qu’elle avait du mal à se faire à la vie dans une mégapole comme Los Angeles. Cela n’a cependant rien enlevé à son envie de faire carrière dans le X, même si elle est désormais moins disponible pour les tournages. Cela peut évidemment paraître regrettable quand on parle d’une des teens les plus populaires du moment, néanmoins, si cela améliore sa qualité de vie et nous permet de profiter d’un plus grand nombre de scènes sur le long terme, on ne peut que s’en réjouir.

Retrouvez d'autres articles dans le magazine Foot et porno : le tournage événement de Jacquie & Michel

Lire la suite