Amatrice du mois : Clarisse "Dans les Vices de Clarisse, j'étais la seule fille avec des hommes mûrs..."

Amatrice du mois : Clarisse "Dans les Vices de Clarisse, j'étais la seule fille avec des hommes mûrs..."

Découverte chez Jacquie & Michel il y a six ans, cette pulpeuse Sarthoise de 34 ans, travaillant dans le milieu hospitalier, est devenue une habituée des tournages de Pierre Moro. Ah, comme nos belles provinces regorgent de jolies cochonnes ! Rencontre avec une amatrice qui n’a pas froid… aux yeux.

Clarisse, tes débuts chez J&M ont fait forte impression, mais tu sembles rester fidèle à Pierre Moro ces derniers temps…

Oui, j’ai tourné neuf films avec lui, CLARISSE « Dans Les Vices de Clarisse, j’étais la seule fille avec des hommes mûrs… » dont Les Vices de Clarisse, Dans la culotte de ma mère, Trois catins pour un taulard, Soumission d’une femme amoureuse 2. Le dernier, c’était La Trompe de l’éléphant, en juin 2017.

À quel rythme tournes-tu?

Je tourne un film tous les trois mois environ. Pour l’instant je ne tourne plus, car j’ai eu des petits soucis de santé, mais dès que je serai rétablie, je m’y remets !

Tu as un partenaire de prédilection?

Oui, William, avec lui ça se passe toujours très bien.

Tu travailles dans le milieu hospitalier, tu n’as jamais eu de problèmes?

Si, car j’ai débuté avec Jacquie & Michel [notamment dans Clarisse, jolie maman qui s’ennuie], et c’est comme ça que j’ai été reconnue par des collègues! Certains d’entre eux ont regardé mes vidéos, pendant les pauses. Ça les a beaucoup fait rire. Malheureusement, quelques personnes manquent un peu d’humour avec ça. Je suis passée sur un poste de nuit et je suis tranquille aujourd’hui!

Tu n’as jamais eu de menaces de licenciement?

Non, pas du tout ! D’ailleurs, ça ne relève que de la vie privée!

Comment as-tu débuté dans le porno?

J’ai commencé par faire de la photo de charme. Ensuite, J&M m’a contactée. Je me suis dit OK, on y va juste pour une fois. Trois jours après, un producteur m’a contactée, puis un autre, et tout s’est enchaîné.

Ça t’a plu, tout de suite, de tourner?

C’était un peu l’inconnu au départ, mais je me suis sentie à l’aise. J’ai vite fait le tour de toutes les pratiques!

Tu regardais du X avant de commencer?

Pas du tout.

Et tu as tout appris devant la caméra?

Exactement, maintenant je sais me positionner, je deviens une pro [rires] !

Quelles sont tes pratiques?

Je fais toutes les pénétrations. J’ai aussi fait de l’uro chez Pierre Moro. Quant aux pratiques lesbiennes, je les ai découvertes sur les tournages!

Tu n’as jamais eu d’expériences lesbiennes en dehors?

Non, jamais !

Et pour l’uro, tu es donneuse ou receveuse?

Je reçois!

Tu aimerais te rapprocher des productions professionnelles ou préfères-tu rester dans un circuit proche de l’amateur?

J’aimerais beaucoup les productions pros. Mais je suis bien consciente qu’il faut avoir un corps de rêve! Mais tu as un corps de rêve… Merci beaucoup! En tout cas, depuis mon dernier tournage, j’ai perdu dix kilos! J’ai fait un régime strict et de la chirurgie esthétique. Mais je reste pulpeuse avec de jolis yeux verts!

Quels sont les mots qui te décriraient le mieux?

Joueuse, libérée, provoc…

Quelle est la meilleure façon de te faire jouir?

Le clitoris!

Pierre Moro est réputé pour faire un porno un peu… paillard, c’est ce qui te plaît?

Oui, ça ne me dérange pas! Il aime les petits trucs cochons, mais j’ai appris à le connaître, ça reste un jeu.

Tu as l’occasion d’avoir des contacts avec tes fans?

Oui, je suis reconnue dès que je me promène en ville, quand je vais chercher du carburant ou au restaurant. Sur mon Facebook, on me dit souvent qu’on m’a vue dans des scènes. Mais c’est toujours gentil, je n’ai jamais reçu de menaces ou de réflexions désagréables. Comme j’ai tourné une scène, pour Jacquie & Michel chez moi et que j’habite près d’une nationale, c’est vrai que, dès que des camions passent, ça klaxonne! Tous les jours…

Tu n’as jamais eu le même genre de problèmes que Nikita Bellucci, qui a raconté dans « Touche pas à mon poste » qu’elle se faisait insulter dans la rue?

Non, pas du tout. Les gens sont toujours positifs. Ils m’encouragent beaucoup et me disent qu’ils adorent ce que je fais. Mais je reste neutre, je ne veux pas commencer à faire du copinage. Il faut savoir garder ses distances. Quand un homme me fait un compliment, je lui dis: « Merci Monsieur, bonne soirée. » S’il insiste, je lui dis que je n’ai pas le temps. Il faut quand même avoir du caractère!

De toutes les scènes que tu as tournées, laquelle as-tu préférée?

J’ai adoré Les Vices de Clarisse, j’y ai vraiment pris du plaisir. J’étais la seule fille avec des hommes mûrs. Comme je suis attirée par les hommes plus vieux, ce film me correspondait vraiment !

Quelles sont tes pratiques préférées ?

J’aime vraiment la fellation. L’anal, c’est un peu moins marrant.

Pourquoi ?

Disons que dans le porno, il faut en faire. Vingt minutes, une demi-heure, ça va, mais au bout d’une heure… Ça commence à être long! Quand j’en ai marre, avec William nous avons un code : je lui pince la cuisse ! Il respecte toujours !

Ta famille sait ce que tu fais ?

Ma mère l’a su par le site de J&M. Au début, elle l’a mal pris. Mais au final, elle continue de me parler !

Tu te masturbes souvent ?

Non. Je baise beaucoup. J’ai un amant depuis cinq ans !

Ton compagnon est au courant ?

Oui, bien sûr !

C’est drôle!

Oui et c’est pratique!

Ça leur plaît à tous les deux?

Mon compagnon oui. Il aime être cocu. Ça l’excite beaucoup!

Il t’accompagne sur les tournages ?

Oui, il adore! Il est très fier. Il fait l’assistant, m’apporte mes lingettes… Malheureusement, avec son métier, il peut difficilement tourner.

Tu as un film en préparation?

Non, pas pour l’instant, mais je prépare mon retour dans le porno pour février 2019!

Retrouvez d'autres articles dans le magazine Stormy Daniels : va-t-elle faire tomber Trump ?

Lire la suite